Orthophonie et Bilinguisme 

Foire Aux Questions

Derrière le bilinguisme se cachent de nombreux mythes. Voici des questions fréquemment posées par les parents d’enfants multilingues par rapport à cette situation de polyglottisme et d’éventuels troubles du langage.

Dois-je m'inquiéter si...
 
Le bilinguisme peut-il causer un retard de langage?

Un des mythes du bilinguisme consiste à penser que l'exposition à deux langues (ou plus) provoque un retard de langage. Les bébés ont la capacité innée d’apprendre plus d’une langue. Le bilinguisme ne peut pas causer de retard dans l’apprentissage du langage. 

Il existe une grande variabilité dans l’apprentissage du langage entre les enfants : certains parlent tôt, d’autres parlent plus tardivement. Lorsqu’un enfant bilingue parle tard, le bilinguisme est considéré comme la raison de cette lenteur. En réalité, le développement du langage des enfants bilingues se déroule au même rythme que pour les enfants unilingues, avec la même variabilité entre les enfants.

L’enfant bilingue a tout de même la particularité de posséder moins de mots dans chaque langue évaluée séparément. Si on combine le vocabulaire connu dans les deux langues, l’enfant bilingue a en fait une richesse lexicale similaire, voire supérieure à celle d’un enfant unilingue. Il est normal d'avoir un peu moins de vocabulaire dans une langue au début.

 
Faut-il supprimer une langue en cas de trouble du langage?

Il arrive que le conseil soit donné (à tort) de ne plus utiliser la langue maternelle le temps de laisser l’enfant développer son langage dans la langue du pays d'accueil. Les recherches récentes ont au contraire clairement établi l'importance de l'utilisation de la langue maternelle pour l'acquisition de la parole et du langage chez l'enfant d'âge préscolaire. 

D'une part, les études révèlent qu'un retard ou un trouble de la parole ou du langage ne sera pas amplifié  à l'exposition d'une seconde langue. On imagine souvent les langues comme deux compétences linguisitiques séparées alors qu'il s'agit d'une compétence commune. Pour imager, la plupart des gens visualisent deux ballons dans le cerveau de l'enfant bilingue (ex : le ballon "anglais" et le ballon "français") alors qu'il n'en existe qu'un seul : le ballon "langage". Ainsi, en cas de trouble du langage, les difficultés seront observées dans les deux langues.

Il est d'autant plus important de parler à son enfant dans sa langue maternelle car on lui offre ainsi le meilleur modèle linguisitique. Les enfants qui possèdent de solides habiletés dans leur langue maternelle réussissent mieux en lecture et en écriture.

D'autre part, cette limitation à une seule langue peut nuire aux interactions de l'enfant avec sa famille. La langue est en effet liée à l'affectivité ainsi qu'à l'identité sociale et culturelle de l'enfant.

 
Dans quelle langue effectuer la rééducation?

Idéalement, une intervention orthophonique pour enfant bilingue devrait être effectuée dans les deux langues. Il s'agit alors de mettre l'accent sur la langue dominante (préférée) de l'enfant tout en travaillant sur la langue seconde pour s'assurer du transfert.

Cibler la langue dominante de l'enfant en intervention permet de s'assurer de la bonne compréhension des informations et de travailler des niveaux complexes du langage. Malgré certains transferts faits automatiquement vers la langue seconde, il ne faut pas limiter l'intervention à une seule langue si on souhaite voir des améliorations dans les deux langues. A noter également que la langue dominante peut changer avec le temps: par exemple il peut s'agir de la langue maternelle dans un premier temps, puis la langue du pays d'accueil une fois entré à l'école.

L'intervention peut se faire avec une orthophoniste bilingue ou dans un travail de coopération entre deux orthophonistes intervenant chacun(e) dans une langue.

Dans tous les cas, la langue à la maison ne devrait jamais être changée.

 
Dois-je parler toujours la même langue à mon enfant?

Les personnes bilingues qui maîtrisent deux langues passent parfois de l'une à l’autre. Si vous avez tendance à le faire, ceci ne causera pas de retard de langage chez votre enfant.

L'approche "un parent, une langue" est la plus connue mais il y a d'autres modèles possibles : "une activité, une langue" ou encore "un lieu, une langue". Parler plusieurs langues à son enfant n'est pas un problème pour son apprentissage du langage. 

L'important est de donner un bon modèle langagier. Il faut donc être à l'aise dans la langue que l'on utilise avec son enfant. La méthode optimale consiste en effet à ce que l'enfant apprenne de personnes qui parlent bien la langue avec une exposition égale aux deux langues. L'exposition égale n'est pas toujours possible mais l'important est de s'assurer que l'enfant atteigne les premières étapes de la communication dans la langue dominante environ en même temps que les enfants unilingues (en tenant compte des variabilités qui existent d'un enfant à l'autre).

 
Dois-je m’inquiéter si mon enfant "mélange" les langues?

Les enfants bilingues passent parfois d'une langue à l'autre dans une même phrase, ce qui donne l'illusion d'une confusion. Ce "mélange", appelé "code-switching" (alternance codique), est un comportement tout à fait normal pour les personnes bilingues, enfants et adultes. Chez la personne bilingue, certains termes ou certains concepts sont retrouvés plus facilement dans une langue que dans l'autre. 

Cette alternance de code semble parfois plus présente chez l'enfant mais cela diminue avec l'âge à mesure que l'enfant apprend à différencier les règles spécifiques aux deux langues et qu'il enrichit son vocabulaire. 

Les études montrent que les enfants sont capables de différencier et de sélectionner la langue attendue dans un contexte donné très tôt (dès la deuxième année). Contrairement à la croyance populaire, le bilinguisme n'apporte aucune confusion chez l'enfant mais améliore sa flexibilité mentale. Le "code-switching" montre que l'enfant est capable d'utiliser toutes les ressources dont il dispose.

 
Dois-je m’inquiéter si mon enfant privilégie une de ses langues?

Une des idées reçues du bilinguisme consiste à penser que les bilingues maîtrisent les deux langues de façon égale. Il existe en général un léger déséquilibre entre les deux langues parce que le bilingue utilise chacune d’elles dans des domaines ou des activités différents. Par exemple, si votre enfant est scolarisé en anglais et parle français à la maison, il ne connaîtra pas nécessairement le vocabulaire de l'école en français. Une langue devient dominante parce que l'exposition de l'enfant à chaque langue et les possibilités d'interactions dans ces langues ne sont pas équivalentes dans la vie quotidienne. Ceci est un phénomène normal du bilinguisme.

Si votre enfant vous répond dans la langue du pays d’accueil, continuez à parler votre langue et trouvez d’autres moyens pour l’exposer à cette langue, et surtout d’autres façons de susciter le besoin de communiquer dans votre langue maternelle. Il est possible par exemple de lire des livres, faire des jeux mais aussi de chercher des programmes pour enfants dans votre langue dans votre communauté.

 
Dois-je m’inquiéter si mon enfant ne parle pas la nouvelle langue?

Dans le cas d'un bilinguisme séquentiel (apprentissage de la seconde langue après l’âge de 3 ans) , il est possible d'observer de tels phénomènes. L’enfant qui apprend une seconde langue a tendance à passer par 4 étapes :

  • Il utilise sa langue maternelle dans l'environnement de la langue seconde (ex : à l’école).

  • Il arrête d’utiliser sa langue maternelle dans son nouvel environnement et passe par une "période de silence" pouvant aller jusqu’à 6-7 mois. Ce "silence" lui permet d'acquérir les compétences linguistiques de la seconde langue.

  • Il commence à utiliser la seconde langue de manière télégraphique par imitation ou lors des activités d’apprentissage “par coeur“.

  • Il construit des phrases spontanément dans la langue seconde malgré quelques erreurs.

Tandis que la seconde langue commence à prévaloir, l’enfant peut perdre ses compétences dans sa langue maternelle. Pour éviter cette régression, il faudrait que l’enfant soit en situation de bilinguisme additif, c’est-à-dire que la langue maternelle soit maintenue et renforcée pendant l’apprentissage de la seconde langue.

 
Dois-je m’inquiéter si mon enfant fait des erreurs dans la structure des phrases?

Les enfants bilingues font des erreurs qui reflètent l’influence de leur langue maternelle ou de leur langue dominante (ex : “la rose chaise“ est influencé par “the pink chair“). Ces erreurs ne sont pas le signe d’un trouble du langage mais font partie du développement langagier de l’enfant bilingue. L’enfant fait des erreurs jusqu’à ce qu’il assimile les règles de la nouvelle langue.

Comment différencier ces erreurs grammaticales d’un trouble du langage?

Si l’enfant ne présente des difficultés que dans une seule langue, il peut s’agir d’un simple retard d’acquisition de cette langue qui peut être rattrapé avec une exposition fréquente et répétée à cette langue.

Si l'enfant présente des difficultés dans les deux langues, il peut s’agir d’un trouble du langage qui nécessite une intervention orthophonique.

Une évaluation orthophonique dans les deux langues peut déterminer cela en cas d’interrogation.

Aodrenn Guyodo

Orthophoniste à domicile

French in-home speech therapist

New York City

frenchspeech.nyc@gmail.com

 

Tel: 347-480-2579

Join us on:

 

  • Pinterest Social Icon
  • LinkedIn Social Icon

Images : credit to http://www.mycutegraphics.com